Mettre aux normes son dépôt

Les clés pour bâtir un écosystème - Partie 3/4

3. METTRE AUX NORMES SON DÉPÔT

L’hydrogène est un gaz plus léger que l’air et très facilement inflammable. De ce fait, il est indispensable de procéder à l’adaptation de l’atelier de maintenance ou du dépôt pour permettre le stockage des véhicules hydrogène. Les bâtiments devant accueillir des activités hydrogène sont en effet soumis à différentes réglementations et doivent également faire l’objet de démarche sécuritaires pour en faire des bâtiments adaptés et sécurisés face au risque hydrogène.

Il est tout à fait possible d’adapter un atelier ou un dépôt existant et de cumuler différents types de motorisations à l’intérieur sans pour autant que cela soit problématique. Cette adaptation est soumise à la réglementation liée à la prévention des Atmosphères Explosives (ATEX) dans le Code du Travail. Pour ce faire, une étude ATEX est nécessaire afin de prendre en compte l’ensemble des types de véhicules et les opérations de maintenance associées. L’autre réglementation applicable est la rubrique ICPE 2930 du Code de l’Environnement suivant la surface de l’atelier. Cette étude ATEX conduira par la suite à la rédaction d’un Document Relatif à la Protection Contre les Explosions (DRPCE) spécifique à l’atelier.

Sur le zonage ATEX, le parking extérieur est considéré comme hors zone ATEX, alors que dans l’atelier, dès lors qu’un véhicule hydrogène est présent, une zone ATEX est alors définie, englobant le point le plus bas du circuit hydrogène au plafond, là où pourrait se concentrer l’hydrogène. Une distance également tout autour du véhicule sera déterminée selon plusieurs critères : pression des réservoirs, sections de tuyauteries et dispositifs de sécurité. La zone de purge de réservoir fera également partie de la zone ATEX.

Il est également nécessaire de mettre en œuvre des solutions techniques et organisationnelles pour prévenir les explosions.

Pour les mesures techniques, il faudra prévoir la mise en place d’un système de détection d’hydrogène, d’une détection incendie par détecteur de fumée, d’une ventilation mécanique spécifique, d’un éclairage ATEX, d’un sol en béton dissipateur et d’un chauffage sans flamme.

Chaque chef d’établissement a la responsabilité de les adapter à sa propre configuration d’atelier et de véhicules conformément à la réglementation ATEX.

En plus de ces mesures techniques, la mise en place de mesures organisationnelles est également préconisée. Associés aux EPI utilisés habituellement en atelier, le port de chaussures dissipatrices et de vêtements de travail antistatiques (norme EN 1149-5) sont recommandés. Des balisages, de l’affichage réglementaires et des consignes de travail spécifiques sont également conseillés.

Parallèlement à tout cela, il est bien sûr recommandé de faire suivre au personnel des ateliers et de leur encadrement des formations telles que « ATEX maintenance niveau 0 » ou une formation « habilitation électrique automobile ».

Ces informations sont issues des supports d’H2Team qui propose l’accompagnement dans toutes ces démarches règlementaires et sécuritaires ainsi que les préconisations techniques et organisationnelles citées précédemment

La méthodologie proposée par H2Team pour l’aménagement sécuritaire d’ateliers :

  1. Analyse des données d’entrée in situ (visite des bâtiments, inventaire stockage combustible, état des lieux sur l’aération naturelle des locaux)
  2. Définition des zones ATEX pour les travaux de maintenance autour des véhicules hydrogène :
    • Simulation de fuites potentielles lors d’interventions autour des bus
    • Evaluation de la qualité de la dilution en cas de scénario de fuites accidentelles
    • Evaluation des distances de danger en cas de scénario de fuites accidentelles
    • Classement des zones ATEX
  3. Spécification Technique de Besoin (STB) et d’Achat (STA) d’équipements spécifiques (EPI), capteurs portatifs et fixes de détection gaz H2, ventilation artificielle) pour mise en conformité du bâtiment selon zonage ATEX
  4. Consultation fournisseurs / fabricants
  5. Appui technique pour l’installation et la mise en service des équipements et capteurs
  6. Etablissement d’un Document Relatif à la Protection Contre les Explosions (DRPCE obligatoire par le Code du Travail) 
Cet article vous a plu, n'hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
Print
D'autres articles susceptibles de vous plaire
L'Hydrogène c'est quoi ?

L’hydrogène, c’est quoi exactement ? L’hydrogène, c’est avant tout la

hydrogene_1

Les clés pour bâtir un écosystème – Partie 4/4 Vous

h2

Mettre aux normes son dépôt

Les clés pour bâtir un écosystème – Partie 3/4 Vous